Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Eclosions Asynchrones

Les Eclosions Asynchrones

Auto-édition, romans, poésie, spiritualité

Publié le par Les Eclosions Asynchrones
Publié dans : #Poèmes
Je reviendrai vers toi

Lorsque j'aurai porté, en changeant tous les jours,
Les masques biscornus de terres étrangères,
Pris les couleurs du temps imprégnées de poussière,
Effacé mon passé sans trace ni contour;

Quand j'aurai, par hasard, joué au dés des empires,
Commandé cent milles hommes, bâti des cités,
Où les rues éclairées par l'éclat de tes rires
Luiront sur les trottoirs pavés de mes ratés;

Quand j'aurai tamisé en quête de grains d'or
Tout un fleuve de fange, fendu l'athanor
Par des siècles de siècles de métamorphose
Pour muer ma bêtise en quelque apothéose;

Quand j'aurai englouti l'antre de mes colères,
Oublié mes visages, inversé les frontières,
Quand je serai plus riche d'avoir tout perdu
Usé, pulvérisé, dilapidé, fondu;

Quand j'aurai pu franchir les colonnes de jade
Qui bornent le pays de ta compréhension,
Puis, laissant en deçà une ultime bravade,
Retranscrit la formule d'une rédemption;

Pris un bout de soleil dans du papier d'argent,
Tendu comme une toile sur un cerf-volant,
Quand je l'aurai coupé, et parfumé de mangue,
Transformé en bonbon pour picoter ta langue;

Lorsque j'aurai acquis la science des présages,
Et pourrai lire dans le vol des martinets
Le symbole sacré protégeant tes secrets
Griffonné dans le ciel à grands coups de nuages;

Alors je reviendrai, nu comme un nouveau né,
Ayant jeté au vent, laissé sans sépulture,
Les mantilles d'oignon, pelure après pelure,
Qui t'ont tant fait pleurer et m'avaient aveuglé;

Je reviendrai vers toi pour que tu me modèles,
Que tes doigts donnent forme à mon écho fuyard
D'un fragment de mémoire, un éclat de brouillard,
En suivant à la trace une ou deux étincelles;

Je reviendrai vers toi par la houle d'un rêve
Et enjoliverai des souvenirs de nous,
Pour qu'au petit matin, le souffle d'une trêve
Fasse ton jour léger et tes espoirs plus fous...

 

Commenter cet article