Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Eclosions Asynchrones

Les Eclosions Asynchrones

Auto-édition, romans, poésie, spiritualité

Publié le par Les Eclosions Asynchrones
Le goéland et les lapins

 

    Il y a bien longtemps, un goéland vécut quelques années au milieu des lapins.

    Poussé par la curiosité, il avait voyagé par-delà les mers et les continents, survolant plaines et montagnes, et ses explorations lointaines l’avaient rendu très sage.

 

    Au début, il voulait juste en apprendre un peu plus sur cet étrange peuple aux longues oreilles et se reposer un peu avant de repartir, mais  il assista à des rites étranges qui l'intriguèrent fort.

    Les lapins étaient en effet en compétition permanente pour se choisir un roi, car dans leur société les règnes ne duraient pas longtemps.

    L'oiseau ne se souciait guère de leur système politique, mais jugea leurs méthodes de sélection, basées sur la violence et le mensonge, particulièrement barbares.

    Quand il comprit à quel point les lapins étaient ignorants du monde, il se mit en devoir de leur raconter ce qu'il avait vu.

 

    D'abord, les rongeurs ne le crurent pas quand il leur dit que l'univers était plus vaste que leur champ de luzerne. Mais bientôt, un petit groupe de lapins se mit à le suivre, car ils ne se lassaient pas d'entendre ses belles histoires sur la liberté de l'envol, la pureté du ciel, l'étendue des plages, la blancheur des neiges éternelles...

    La communauté des amis du goéland continua de grossir peu à peu, et ses récits devinrent si populaires, que le roi du moment en conçut de l'agacement, puis de la crainte.

    Il ordonna qu'on mette l'oiseau à mort, car il mettait son pouvoir en péril. Le goéland fut alors lapidé puis cloué sur un bout de bois pour l'exemple, afin que plus personne n'ose prétendre que l'univers était plus vaste que le royaume de luzerne.

 

    Effrayés, les amis du goéland se dispersèrent, se cachant dans leurs terriers jusqu'à ce que le courroux du roi soit passé. Mais les belles histoires qu'ils avaient entendues continuaient de les hanter, et ils restaient persuadés que ce que l'oiseau leur avait décrit était vrai. Craignant qu'avec le temps elles finissent par se perdre dans l'oubli, quelques lapins érudits se mirent en devoir de les porter par écrit, en les recopiant de mémoire le plus fidèlement possible.

    Les histoires du goéland commencèrent alors à circuler clandestinement dans le champ de luzerne, puis dans les champs voisins, car les lapins avaient de plus en plus d'échanges commerciaux avec leurs cousins de garenne.

    Il se passa alors un phénomène étrange : plus les histoires étaient lues et diffusées, plus on les recopiait, plus elles se transformaient, et s'étoffaient de nouveaux chapitres pour satisfaire la curiosité des lecteurs, par exemple sur la naissance et l'enfance de l'oiseau disparu. Le volatile devint une légende.

 

    Ainsi, d'un champ à l'autre, les versions des "histoires de l'oiseau" se mirent à diverger de plus en plus. Dans une parcelle, on parlait désormais d'un phénix immortel, un oiseau de feu qui reviendrait du ciel pour donner la vie éternelle à tous les lapins. Dans une autre, on racontait que c'était un faucon implacable qui punirait de mort les lapins commettant des péchés.

 

    La légende de l'oiseau venu de loin continua d'évoluer pendant des siècles...

 

    Aujourd'hui, les lapins continuent de se battre pour choisir leurs rois.

    Mais ils se battent aussi entre ceux qui croient que l'oiseau était un phénix, et ceux qui sont persuadés que c'était un faucon…

 

    Loin au-dessus d'eux, des goélands planent toujours dans le ciel d'azur, et il ne leur viendrait pas à l'idée de se poser au milieu d’un tel tumulte !

Commenter cet article