Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Eclosions Asynchrones

Les Eclosions Asynchrones

Auto-édition, romans, poésie, spiritualité

Publié le par P.S.
Publié dans : #Poèmes


Le navire "Endurance" pris dans les glaces du pôle Sud,  janvier 1915.
Il dériva avec la banquise pendant près d'un an avant d'être disloqué.
Après bien des péripéties, l'équipage fut sauvé en août 1916.

 

 


Ta bouche mandragore exhale un air glacial
Qui s'enroule à mes pieds en entrelacs fatal
De mensonges, d'injures, d'hypocrisie mêlés
Paralysant la joie de grimaces bleutées.

Le grésil abrasif des mots que tu me lances
Pénètre sous ma peau, déchiquette les squames,
Calcifie l'épiderme et dépèce mon âme,
Instillant, peu à peu, sa sombre pestilence.

L'hydrogène liquide sourd dans la béance
Des crevasses abruptes du gel à cœur fendre,
Stoppe le battement, efface la garance,
Chasse toute chaleur dans les moindres méandres.

Les souvenirs de nous, qui naguère planaient
Dans l'air tiède du soir sans se poser jamais,

Sont tombés, transparents et grippés, dans l'écume,
Emportés aux courants épaissis d'amertume.

En pagaille d'icebergs, ils flottent, s'agglutinent,
Nous bouchent la raison, dressent des impostures.
Nous nous parlons de loin, mitrailles vipérines,
Eloignés et tordus par les dégoulinures.

Nos espoirs sont dissous par la houle rebelle,
La mâture inutile éclate sous le gel.
Notre vaisseau est pris dans les zones sordides
Où l'amour ne tient pas sous la bise frigide.

Nous ne sortirons plus du désert pétrifié.
A jamais prisonniers de membrures brisées,
Nos restes conservés à ces températures
Diront seuls nos combats aux peuplades futures.




in "Les Eclosions Asynchrones" - dépôt SNAC n° 8-0222

 

 

Commenter cet article